Rebirth

Revivre sa naissance

Aussi surprenant que cela puisse paraître, revivre sa naissance est possible. C’est une expérience étonnante ! Un tel voyage dans notre mémoire inconsciente s’avère très bénéfique sur le plan psychologique. Même lorsque nous avons eu une naissance « normale ».

Le Rebirth porte bien son nom : cette technique psychothérapeutique permet en effet de revivre sa naissance1. C’est ce qui est arrivé au fondateur du Rebirth, Léonard Orr, lorsqu’il a expérimenté un mode de respiration particulier dans sa baignoire !

Cela se passait dans les années 70 aux Etats-Unis. Et depuis plus de 50 ans, d’innombrables personnes ont revécu leur naissance grâce à ce mode de respiration (pratiquée dans l’eau mais aussi et surtout à sec).

C’est ce que constatent les thérapeutes utilisant cette technique, au premier rang desquels le célèbre psychiatre Stanislav Grof, fondateur de la Respiration Holotropique (technique proche du Rebirth) : « Au nombre des expériences les plus fréquentes survenant au cours d’états de conscience holotropiques2 d’origines diverses3 [notamment le Rebirth] figurent des épisodes de régression psychologique jusqu’à la naissance, pendant lesquels

l’individu revit, avec une intensité extraordinaire, toutes les émotions, les sensations physiques, les postures du corps et autres aspects de ce processus. »

 

La naissance : le traumatisme le plus grave de notre existence

Vous vous demandez peut-être comment il est possible qu’un simple exercice de respiration permette de revivre sa naissance. Pour comprendre comment agit le Rebirth, je vous invite à lire l’article « Le souffle qui libère » publié sur ce blog. J’y rappelle que l’énergie apportée par le souffle au cours d’une séance de Rebirth fait remonter des contenus inconscients de la psyché et dissout les blocages psycho-énergétiques qui résultent des traumas.

Or, la naissance constitue un traumatisme considérable qui a des incidences psychiques importantes sur toute notre vie. Léonard Orr souligne : « Même si nous eûmes des parents et un environnement merveilleux, la naissance et l’enfance paraissent être des périodes traumatisantes pour les êtres humains ».

Stanislav Grof précise :

« La naissance biologique est le traumatisme le plus grave de notre existence et un événement d’une importance primordiale sur le plan psychospirituel. »

 

Stress émotionnel et douleurs physiques

Sans rentrer dans tous les détails du processus de naissance, il suffit d’évoquer la phase où le fœtus, encore dans l’utérus, est comprimé par les contractions. La sensation de compression, d’écrasement, est douloureuse. Enfermé, ne pouvant échapper à ces douleurs, le fœtus ne sait évidemment pas combien de temps cette situation va durer et il peut avoir l’impression qu’elle ne finira jamais. C’est une phase de la naissance auxquels sont reliés des sentiments de solitude, d’impuissance, de désespoir et d’absurdité de la vie (pas d’issue).

La phase suivante de la naissance n’est pas davantage une partie de plaisir… Le fœtus engagé dans le canal de naissance est toujours soumis à la pression écrasante des contractions, et en plus de cette souffrance physique, le manque d’oxygène lui donne l’impression de s’étouffer.

Bref, la naissance, même si elle se passe « bien », représente une véritable épreuve pour le futur bébé.

« La quantité de stress émotionnel et de douleurs physiques liée à la naissance surpasse, à l’évidence, tous les traumatismes postnatals de la petite enfance et de l’enfance (…), sauf peut-être les mauvais traitements physiques », constate Stanislav Grof.

 

Des souvenirs gravés dans notre inconscient

Même si nous pensons n’avoir pas le moindre souvenir de notre naissance, tous ses détails sont mémorisés au plan inconscient. « (Le traumatisme de la naissance) est inscrit dans notre mémoire dans les moindres détails, jusqu’au niveau cellulaire, et son impact sur notre développement psychologique est considérable », explique encore le psychiatre.

Le Rebirth permet d’accéder à cette mémoire, comme nous l’avons évoqué plus haut. Lorsque nous revivons notre naissance, ces souvenirs gravés en nous remontent à notre conscience et nous découvrons alors à quel point nous sommes marqués par la manière dont se sont déroulées non seulement notre naissance, mais aussi notre vie intra-utérine et notre conception.

Nos croyances, nos comportements automatiques puisent leurs racines dans ces époques-clés de notre existence.

Cela est vrai en cas de naissance « normale » comme en cas de circonstances particulières : enfant né prématuré, césarienne, accouchement déclenché, cordon autour du cou, jumeaux, sexe de l’enfant non désiré, grossesse non désirée, avortement ou fausse couche avant la grossesse, etc.

Par exemple, une personne dont la naissance n’a pas été désirée par ses parents peut avoir tendance à se sentir rejetée, à ne pas trouver sa place. Alors qu’une personne née par césarienne pourra se sentir impuissante, dépendante de l’aide des autres. Ces deux exemples illustrent la multitude des incidences de notre naissance sur notre vie ultérieure, et leur puissant impact.

 

Se libérer du traumatisme

Stanislas Grof a aussi établi des connections entre le déroulement de la naissance et certains troubles émotionnels, psychosomatiques, et psychopathologiques ; il évoque notamment les phobies, angoisses et dépressions.

Certes la naissance n’est pas seule en cause : le vécu post natal va, lui aussi, être déterminant4.

Cette précision apportée, on comprend tout de même l’importance cruciale que jouent les circonstances de notre naissance sur notre « paysage » psychologique. Libérer, grâce au Rebirth, les traumatismes liés à cet épisode-clé de notre vie apporte un changement radical dans notre psyché qui se traduit par davantage de mieux-être.

 

 

  1. Le mot anglais « re-birth » signifie « re-naissance ».
  2. Le terme « holotropique » signifie littéralement « orienté vers la totalité ». Pour en savoir plus, lire l’article « Le souffle qui libère ».
  3. Ces états de conscience modifiée peuvent être provoqués par la respiration (Respiration Holotropique ou Rebirth), par des pratiques chamaniques, par la consommation de substances psychotropes, etc.
  4. « La manifestation – et la forme – de ces troubles émotionnels et psychosomatiques dépend de l’influence amplificatrice des événements traumatisants de l’histoire post-natale, ou, inversement de l’effet atténuateur de divers facteurs biographiques favorables. » Stanislav Grof
Article précédent Article suivant

Lisez aussi

Aucun commentaire

Réagissez