Etiquette

personnalité

Humeur

Choisir la paix

Les conflits ne sont pas inévitables. Chacun à notre niveau, nous sommes libres et nous avons le pouvoir ! Libres de faire la paix en nous-même, avec le pouvoir de transformer le monde, radicalement et en douceur…

A l’heure où les conflits sociaux se multiplient, où les médias jouent le rôle de caisse de résonnance et amplifient les échos de ces tensions, où d’aucuns se gargarisent des mots « lutte », « mobilisation générale », et autres termes relevant du vocabulaire guerrier, je vais m’inscrire à contre-pied en vous parlant aujourd’hui de paix…

Un double contre-pied en fait puisqu’au lieu de vous parler de la paix sociale, je vais mettre le focus sur la paix intérieure.

Car ce qui se déploie dans le monde extérieur est exclusivement le reflet de notre vie intérieure. De notre vie intérieure à nous tous.

Le monde serait ô combien agréable à vivre si nous faisions la paix à l’intérieur de nous-même ! En effet, même lorsque nos tensions intérieures, contrariétés, peurs et autres états d’âme négatifs ne s’expriment pas dans nos paroles et notre comportement (sous forme de brusqueries, disputes, rouspétances, inquiétudes, prises de pouvoir, et autres), elles sont parfaitement perceptibles à travers l’ambiance que nous dégageons. Et cela est vrai tant au plan individuel que collectivement.

Quand la paix est palpable…

Et inversement ! Lorsque nous sommes au contact d’une personne paisible, ou que nous pénétrons dans un endroit imprégné de paix, nous le ressentons aussitôt et… avons envie d’y rester ! Je suppose que cela vous parle et que vous avez en tête une telle personne ou un tel endroit.

Bien sûr, il y a la paix à laquelle on accède par la méditation, la prière, ou la contemplation de la nature. On parle de paix « transpersonnelle », c’est-à-dire au-delà de la personnalité, dans cet espace plus vaste qui dépasse l’égo. Un espace qui est d’ailleurs accessible aussi grâce aux états modifiés de conscience obtenus par des techniques de respiration telles que le Rebirth. Cette paix-là mérite un « p » majuscule !

Mais je vais plutôt évoquer ici la paix que nous pouvons cultiver dans la sphère de notre personnalité, au jour le jour.

Des disputes à l’intérieur de nous-même

Quand nous portons notre attention sur notre vie intérieure, nous nous rendons compte que des opinions diverses s’expriment à l’intérieur de nous. On parle parfois de « subpersonnalités ». Il s’agit de « parties de nous » qui ont, chacune, leur propre vision des choses, de ce qu’il convient que nous fassions ou ne fassions pas, qui ont, chacune, leurs propres sentiments, leurs échelles de valeur, leurs peurs spécifiques, etc. Comme des petites personnes à l’intérieur d’une même personne.

Or, ces subpersonnalités sont rarement d’accord entre elles et il en résulte parfois des disputes…

Il arrive même que ces bagarres soient tellement violentes que le paysage intérieur ressemble à un champ de bataille.

Les belligérants se détestent, se méprisent, rêvent de s’entretuer, passent leur temps à s’envoyer des projectiles sous la forme de petites phrases assassines par exemple.

Une ambiance intérieure difficile à vivre

J’illustre mon propos. Une personne que j’accompagne, appelons-là Tiphaine, sombre souvent dans un état dépressif qui la paralyse. Lors de son dernier épisode dépressif, Tiphaine a clairement entendu à l’intérieur d’elle la voix d’une subpersonnalité qui exigeait qu’elle sorte de cet état, qu’elle fasse ceci, cela, bref qu’elle bouge. Ce qui l’a frappée, c’est à quel point cette subpersonnalité détestait sa dépression et se montrait agressive (dans son discours) à l’égard de la partie d’elle déprimée. Une ambiance de violence intérieure qui lui rappelait l’atmosphère de sa famille dans son enfance. « C’est la guerre ! », a résumé Tiphaine.

Les désaccords intérieurs ne revêtent pas toujours une telle véhémence, heureusement. Mais on y trouve bien souvent des colorations assez déplaisantes, comme le mépris, la critique systématique, ou l’humiliation…

Ainsi, chez Julien (prénom fictif) – une autre personne que j’accompagne -, l’une des voix intérieures déplore qu’il puisse être si… inintéressant. Cette même subpersonnalité annonce, tel le couperet de l’échafaud qui tombe, que : « personne ne peut t’aimer et il ne faut pas que tu t’étonnes que ta vie amoureuse soit un grand désert… ». Vous en conviendrez, cela ne respire pas la bienveillance !

Devenir ambassadeurs de la paix

Quand nous parvenons, grâce à la thérapie, à identifier ces conflits intérieurs et à les pacifier, il se produit un changement radical au niveau du bien-être individuel. Mais ce qui me paraît tout aussi important, c’est que la qualité de vie des proches et de toutes les personnes que nous rencontrons en est positivement impactées. C’est la paix qui rayonne.

On pourrait, sans exagération, qualifier de « mini ambassadeurs de la paix » toutes ces personnes qui ont pacifié leur vie intérieure, même si, au départ, leur motivation était leur propre bien-être.

Et si notre société aspirait réellement à la paix, si elle accordait autant d’importance à la paix qu’à la santé par exemple, ne devrait-on pas imaginer un système équivalent à celui de la Sécurité Sociale, pour que chacun puisse dissoudre ses conflits intérieurs (comme on soigne ses blessures), bénéficier ainsi de la délicieuse ambiance intérieure de paix (comme on profite d’une bonne santé) et contribuer du même coup au bien-être collectif ?

Qu’en pensez-vous ? (Vous pouvez donner votre avis ci-dessous.)

 

 

Rebirth

Revivre sa naissance

Aussi surprenant que cela puisse paraître, revivre sa naissance est possible. C’est une expérience étonnante ! Un tel voyage dans notre mémoire inconsciente s’avère très bénéfique sur le plan psychologique. Même lorsque nous avons eu une naissance « normale ».

Le Rebirth porte bien son nom : cette technique psychothérapeutique permet en effet de revivre sa naissance1. C’est ce qui est arrivé au fondateur du Rebirth, Léonard Orr, lorsqu’il a expérimenté un mode de respiration particulier dans sa baignoire !

Cela se passait dans les années 70 aux Etats-Unis. Et depuis plus de 50 ans, d’innombrables personnes ont revécu leur naissance grâce à ce mode de respiration (pratiquée dans l’eau mais aussi et surtout à sec).

C’est ce que constatent les thérapeutes utilisant cette technique, au premier rang desquels le célèbre psychiatre Stanislav Grof, fondateur de la Respiration Holotropique (technique proche du Rebirth) : « Au nombre des expériences les plus fréquentes survenant au cours d’états de conscience holotropiques2 d’origines diverses3 [notamment le Rebirth] figurent des épisodes de régression psychologique jusqu’à la naissance, pendant lesquels

l’individu revit, avec une intensité extraordinaire, toutes les émotions, les sensations physiques, les postures du corps et autres aspects de ce processus. »

 

La naissance : le traumatisme le plus grave de notre existence

Vous vous demandez peut-être comment il est possible qu’un simple exercice de respiration permette de revivre sa naissance. Pour comprendre comment agit le Rebirth, je vous invite à lire l’article « Le souffle qui libère » publié sur ce blog. J’y rappelle que l’énergie apportée par le souffle au cours d’une séance de Rebirth fait remonter des contenus inconscients de la psyché et dissout les blocages psycho-énergétiques qui résultent des traumas.

Or, la naissance constitue un traumatisme considérable qui a des incidences psychiques importantes sur toute notre vie. Léonard Orr souligne : « Même si nous eûmes des parents et un environnement merveilleux, la naissance et l’enfance paraissent être des périodes traumatisantes pour les êtres humains ».

Stanislav Grof précise :

« La naissance biologique est le traumatisme le plus grave de notre existence et un événement d’une importance primordiale sur le plan psychospirituel. »

 

Stress émotionnel et douleurs physiques

Sans rentrer dans tous les détails du processus de naissance, il suffit d’évoquer la phase où le fœtus, encore dans l’utérus, est comprimé par les contractions. La sensation de compression, d’écrasement, est douloureuse. Enfermé, ne pouvant échapper à ces douleurs, le fœtus ne sait évidemment pas combien de temps cette situation va durer et il peut avoir l’impression qu’elle ne finira jamais. C’est une phase de la naissance auxquels sont reliés des sentiments de solitude, d’impuissance, de désespoir et d’absurdité de la vie (pas d’issue).

La phase suivante de la naissance n’est pas davantage une partie de plaisir… Le fœtus engagé dans le canal de naissance est toujours soumis à la pression écrasante des contractions, et en plus de cette souffrance physique, le manque d’oxygène lui donne l’impression de s’étouffer.

Bref, la naissance, même si elle se passe « bien », représente une véritable épreuve pour le futur bébé.

« La quantité de stress émotionnel et de douleurs physiques liée à la naissance surpasse, à l’évidence, tous les traumatismes postnatals de la petite enfance et de l’enfance (…), sauf peut-être les mauvais traitements physiques », constate Stanislav Grof.

 

Des souvenirs gravés dans notre inconscient

Même si nous pensons n’avoir pas le moindre souvenir de notre naissance, tous ses détails sont mémorisés au plan inconscient. « (Le traumatisme de la naissance) est inscrit dans notre mémoire dans les moindres détails, jusqu’au niveau cellulaire, et son impact sur notre développement psychologique est considérable », explique encore le psychiatre.

Le Rebirth permet d’accéder à cette mémoire, comme nous l’avons évoqué plus haut. Lorsque nous revivons notre naissance, ces souvenirs gravés en nous remontent à notre conscience et nous découvrons alors à quel point nous sommes marqués par la manière dont se sont déroulées non seulement notre naissance, mais aussi notre vie intra-utérine et notre conception.

Nos croyances, nos comportements automatiques puisent leurs racines dans ces époques-clés de notre existence.

Cela est vrai en cas de naissance « normale » comme en cas de circonstances particulières : enfant né prématuré, césarienne, accouchement déclenché, cordon autour du cou, jumeaux, sexe de l’enfant non désiré, grossesse non désirée, avortement ou fausse couche avant la grossesse, etc.

Par exemple, une personne dont la naissance n’a pas été désirée par ses parents peut avoir tendance à se sentir rejetée, à ne pas trouver sa place. Alors qu’une personne née par césarienne pourra se sentir impuissante, dépendante de l’aide des autres. Ces deux exemples illustrent la multitude des incidences de notre naissance sur notre vie ultérieure, et leur puissant impact.

 

Se libérer du traumatisme

Stanislas Grof a aussi établi des connections entre le déroulement de la naissance et certains troubles émotionnels, psychosomatiques, et psychopathologiques ; il évoque notamment les phobies, angoisses et dépressions.

Certes la naissance n’est pas seule en cause : le vécu post natal va, lui aussi, être déterminant4.

Cette précision apportée, on comprend tout de même l’importance cruciale que jouent les circonstances de notre naissance sur notre « paysage » psychologique. Libérer, grâce au Rebirth, les traumatismes liés à cet épisode-clé de notre vie apporte un changement radical dans notre psyché qui se traduit par davantage de mieux-être.

 

 

  1. Le mot anglais « re-birth » signifie « re-naissance ».
  2. Le terme « holotropique » signifie littéralement « orienté vers la totalité ». Pour en savoir plus, lire l’article « Le souffle qui libère ».
  3. Ces états de conscience modifiée peuvent être provoqués par la respiration (Respiration Holotropique ou Rebirth), par des pratiques chamaniques, par la consommation de substances psychotropes, etc.
  4. « La manifestation – et la forme – de ces troubles émotionnels et psychosomatiques dépend de l’influence amplificatrice des événements traumatisants de l’histoire post-natale, ou, inversement de l’effet atténuateur de divers facteurs biographiques favorables. » Stanislav Grof
Connaissance de soi

Voyage au pays intérieur

Les vacances sont l’occasion idéale pour partir en voyage à la découverte de votre monde intérieur. Un voyage enrichissant et qui vous réserve des surprises à coup sûr.

Si le cœur vous en dit, je vous propose d’explorer jour après jour ce qui se passe à l’intérieur de vous. Et d’en prendre note à la fin de chaque journée, comme le font les explorateurs !

Mais vous vous demandez peut-être quoi observer et comment vous y prendre ? Je vais vous donner quelques conseils et outils pour cela. En particulier un canevas pour la rédaction quotidienne de votre journal (à télécharger en bas de cette page).

Tout au long de la journée, du réveil au coucher, votre état intérieur évolue. Un moment vous êtes gai(e), puis boudeur(se), ou triste, amoureux(se), contrarié(e), enthousiaste, paisible… Les circonstances extérieures changent sans cesse et votre atmosphère intérieure s’en fait l’écho, d’une manière ou d’une autre.

Il est impossible d’être en permanence conscient de son vécu intérieur lorsqu’on débute ce genre d’exercice. En revanche, il est parfaitement possible d’observer sa réaction à tel ou tel événement, donc un certain nombre de fois dans la journée.

Une fois que vous avez constaté que, dans telle circonstance, une réaction nette était perceptible en vous, vous pouvez observer en détails les « symptômes » physiques de votre état intérieur. Puis vous pouvez vous interroger : qu’est-ce qui me rend ainsi (par exemple énervé(e) ou serein(e) ? Pour quelle raison est-ce que je réagis de cette manière dans cette situation ?

Ce petit exercice, anodin en apparence, peut avoir un impact énorme.

Au lieu d’être vaguement (ou pas du tout) conscient de ce qui se passe en vous, au lieu de seulement sentir par ci par là que « ça ne va pas » ou « je suis au top » ou « je me suis mis(e) en colère », le baromètre intérieur que vous installez ainsi vous donne des renseignements beaucoup plus riches. Et ces informations vont vous permettre de prendre le pilotage de votre vie, d’instant en instant.

En découvrant tout ce qui se passe en vous en permanence, vous allez bien sûr avoir l’impression de mieux vous connaître, et de vivre une vie plus riche, plus intéressante, plus nourrissante.

Concrètement, voici ce que je vous propose. Grâce à la fiche intitulé « Canevas pour la rédaction de votre journal » que vous pouvez télécharger en bas de cette page, vous disposerez des indications nécessaires pour prendre note dans votre carnet personnel* de ce qui s’est passé durant votre journée.

Pour vous aider dans la découverte de vos ressentis et de vos pensées, vous disposez aussi du livre « Découvrir son vécu intérieur » qui est téléchargeable gratuitement ici. Après l’avoir téléchargé, vous recevrez en prime un fascicule d’exercices pratiques, par mail deux jours plus tard.

Je vous souhaite de bien mettre à profit l’été pour mieux vous connaître. Bon voyage à la rencontre de vous-même !

 

Téléchargez le canevas pour la rédaction de votre journal  :

 

* A acheter de toute urgence si vous n’avez pas encore de journal !

Connaissance de soi

Se découvrir dans le miroir des autres

Pour mieux vous connaître, rien de plus simple : repérez les critiques que vous portez sur les autres, tirez-en des enseignements sur vous-même et construisez ainsi, pièce par pièce, le puzzle de votre personnalité. Mode d’emploi !

Si vous avez l’impression d’être en partie un inconnu pour vous-même, vous pouvez aisément découvrir des aspects de votre personnalité que vous ignorez. Il vous suffit de vous livrer à un exercice assez simple qui consiste à observer ce qui vous dérange chez les autres, ce que vous critiquez, ou à l’inverse, ce que vous aimez chez eux, ce qui vous attire. Puis à tirer profit de ces informations pour éclairer des facettes de vous-même.

La démarche ne nécessite aucune compétence particulière, seulement de la curiosité et de l’attention. Vous pouvez bien sûr vous faire accompagner par un thérapeute mais ce n’est pas indispensable.

 

A l’écoute du juge intérieur

Commencez par repérer les situations où vous ressentez un inconfort, une frustration, une colère… et les situations où la présence des autres vous apportent une sensation de bien-être, de bonheur, de joie, de légèreté… Ecoutez alors la voix intérieure qui commente ce qui se passe autour de vous et qui juge les autres positivement ou négativement.

Prenons un exemple. Deux amis, Pierre et Paul, vont faire une ballade en vélo. Quand Paul rentre, il ressent un goût amer et un brin de frustration. S’il y prête attention, il entendra peut-être une voix intérieure dire : « Pierre est agaçant, il parle tout le temps, il prend toute la place comme si je n’existais pas ». Cela lui paraît alors être un fait « objectif » : son ami qui adore parler a monopolisé la parole. Ce comportement lui déplaît, au point qu’il se demande s’il repartira en promenade avec lui…

 

Tirer profit des informations collectées

Le fait que Paul ne supporte pas que Pierre « prenne toute la place » lui indique qu’il a une difficulté sur ce point. Sinon, le bavardage incessant de Pierre le laisserait indifférent.

En d’autres termes, ce que Paul n’aime pas chez Pierre constitue un enseignement sur lui-même.

Il peut alors tirer profit de l’information qu’il a collecté auprès de cette voix intérieure et s’interroger :

  • De manière générale, est-ce que je prends ma place ?
  • Ou bien est-ce que je reste plutôt en retrait en attendant qu’on me donne la parole ou que certaines conditions soient réunies pour la prendre ?
  • Est-ce que je me sens légitime à m’exprimer face à Pierre ? Etc.

Il a mille questions possibles…

 

Elargir l’investigation

Continuons le récit. De son côté, Pierre de retour chez lui se sent déçu. S’il écoute la voix intérieure qui s’exprime alors, elle lui murmurera peut-être : « Paul est franchement ennuyeux, il me déçoit, il n’a rien d’intéressant à raconter ; heureusement que j’étais là. »

La critique qu’émet son « juge intérieur » est le reflet de sa propre personnalité, de sa conception des relations amicales.

Si Pierre examine ce constat « Paul n’a rien d’intéressant à raconter », il pourra en déduire – c’est une possibilité parmi d’autres, chacun étant différent – que, pour lui, une relation doit être intellectuellement intéressante. Et noter que cette exigence intérieure l’amène à « formater » la conversation dans ce sens. Il peut vérifier ce qu’il en est de l’ensemble de ses relations : quel en est le contenu ? Quelle place y tiennent les échanges intellectuels ?

Il peut aussi élargir l’investigation en s’interrogeant sur l’importance qu’il accorde à sa vie intellectuelle, sur ses échelles de valeur entre différentes activités (intellectuelles, sportives, professionnelles…), etc.

 

Construire le puzzle de la personnalité

Ainsi, tout moment d’inconfort dans une relation est une mine d’informations sur vous-même. Vous êtes hors de vous parce que votre collègue ne vous a pas salué en arrivant ce matin ? Vous ne supportez pas que votre fils passe du temps à rêver ? Que votre partenaire ne téléphone pas tous les jours ? Ou au contraire qu’il le fasse !? Vous êtes exaspéré par votre femme qui s’est mise à méditer ? A chaque contrariété, tournez le regard vers vous-même pour voir à quoi cela renvoie.

Toutes ces personnes de votre entourage vous tendent des miroirs.

Puzzle-blanc Piece-HandMême si la réalité objective est indéniable (il ne vous a pas dit bonjour, elle médite tous les matins…), ce qui doit importer davantage pour vous, c’est votre réaction car elle est le signe que quelque chose de sensible est touché à l’intérieur de vous.

Partez à la découverte de ce point sensible, dévoilez-le, continuez cette démarche d’investigation au fil des jours et vous allez ainsi construire peu à peu le puzzle de votre personnalité.