Navigation par catégorie

Rebirth

Rebirth

Mosaïque de récits

Les expériences vécues durant un Rebirth sont infiniment variées. Et la plupart du temps imprévisibles ! Les brefs récits*, réunis ici et commentés, en dévoilent quelques facettes.

Amandine : l’énergie libérée pour profiter de la vie

Quand Amandine arrive à sa quatrième séance, elle ressent de la colère envers son supérieur hiérarchique. Le Rebirth l’amène dans un travail émotionnel. Elle ressent aussitôt un changement de son état intérieur, et s’enthousiasme :

« C’est magnifique cette énergie ! Je m’émerveille quand je vois que mon énergie est là dans mon corps. J’ai l’impression que l’énergie était bloquée. C’est l’énergie qui me manque pour profiter de la vie. Je sens que cette énergie est là mais qu’elle passe ailleurs, comme si elle était déviée. Je suis déterminée à continuer sur ce chemin ; je vais la récupérer ! »

Commentaire :

Au fil des séances, les blocages se dissolvant grâce au Rebirth, la circulation de l’énergie dans nos corps énergétiques devient de plus en plus fluide. Cette évolution s’accompagne d’une sensation de bien-être, d’une capacité à s’affirmer, d’une impression de sécurité, mais aussi de joie, détente et légèreté… Tout ce qu’il faut pour « profiter de la vie », comme le dit Amandine !

______________________________________________________________________________

Manon : une résonnance entre le corps et la tête

Lors de sa onzième séance, Manon émerge d’un Rebirth et aussitôt s’exclame :

« C’était incroyable. Je suis impressionnée par les connexions que ça me fait : une résonnance entre la tête et le corps. Il y a des images qui viennent. Je ressentais [en début de séance]un stress dans la gorge et la poitrine, et c’est là que ça [le processus du Rebirth]s’est passé. Je repars d’ici éclairée par ce que j’ai appris sur moi. » 

Commentaire : 

A travers ses constats, Manon met l’accent sur deux caractéristiques essentielles du Rebirth : 

  • La respiration injecte de l’énergie qui va œuvrer là où cela est nécessaire en cet instant. (En l’occurrence, dans ce cas, la gorge et la poitrine initialement oppressée.)
  • Le processus se produit à tous les niveaux simultanément – corps, émotions, mental et dimension spirituelle (même si nous n’en sommes pas toujours conscients). Dans l’expérience de Manon, tandis que la structure énergétique se transforme, accompagnée de sensations physiques et de l’émergence d’images dans son esprit, des prises de conscience ont fait surface.

______________________________________________________________________________

Juliette : un voyage de guérison dans le passé

Durant la première partie de sa sixième séance, Juliette évoque ses souvenirs de toute petite fille et son sentiment d’avoir été abandonnée : « ma mère me laissait [à la crèche]et s’en fichait que je pleure ». Lors du Rebirth qui suit, elle est envahie par la tristesse, avec « le sentiment d’être seule avec toute cette tristesse, de ne pas pouvoir l’exprimer ».

En fin de séance, elle raconte son vécu durant le temps d’intégration (période de silence qui suit la phase active du Rebirth) : 

« J’ai voyagé dans le passé. J’ai retrouvé cette petite fille. J’étais dans son corps. Je ressentais, j’ai revécu tout ce qu’elle a ressenti. Et moi adulte je l’ai prise dans mes bras et je l’ai sentie plus apaisée. »

Commentaire :

Une fois la charge émotionnelle libérée, place à la guérison. 

______________________________________________________________________________

Amandine : l’ouverture spirituelle

A l’issue de son premier Rebirth en atelier collectif, Amandine raconte :

« Je me suis retrouvée dans l’espace sans dimension, infini. C’est comme si on est sans être. Je ne sais pas comment dire. C’est peut-être d’où je viens avant. C’est peut-être un autre espace à côté du notre. »

Commentaire :

Le Rebirth permet d’accéder à l’espace transpersonnel (au-delà de la personnalité, de l’égo), à l’espace infini de la Conscience universelle qui est notre véritable nature. Le rétablissement de ce lien avec notre véritable identité apporte une guérison psychique profonde. 

______________________________________________________________________________

* Tous les prénoms sont fictifs pour préserver la confidentialité.

Rebirth

Récit : la joie retrouvée

A quoi ressemble une séance de Rebirth ? Il est délicat de répondre à cette question, tant les expériences peuvent être variées ! Toutefois, à titre d’illustration, pour en quelque sorte lever le voile sur cette merveilleuse pratique thérapeutique, nous publions ici le récit* d’une séance qui révèle toute la magie et le pouvoir guérisseur du Rebirth.

Opale démarre la respiration spécifique du Rebirth et rapidement, elle sent une densité, une lourdeur au niveau de la mâchoire et du cou. Cette sensation descend vers le haut de la cage thoracique où elle devient une pression désagréable.

A cet endroit-là, Opale visualise une cage tout en hauteur, constituée de gros barreaux noirs, « comme une cage qui aurait séjourné très longtemps dans une cave ».

Elle décrit ce qu’elle voit : « dans cette cage il y a une poupée qui est allongée. Elle aurait la place de se lever, mais elle ne peut pas bouger car elle est trop faible. Elle n’a pas de bras. La cage est éclairée et la poupée porte des vêtements clairs. »

Pourquoi la poupée est-elle ainsi enfermée dans cette cage ? Car « elle ne sert à rien », explique Opale qui s’exprime désormais avec une voix enfantine. 

 « La poupée est enfermée car je n’ai pas le droit de jouer »,explique la petite Opale. Et après un silence, elle poursuit, toujours avec sa voix de petite fille : 

« il n’y a pas d’histoires imaginaires, pleines de merveilleux et de couleurs, comme Alice aux pays des merveilles. Pas d’histoires qui transportent dans d’autres mondes plus gais ». Elle pleure.

Pendant toute cette phase du Rebirth, le bras et la main gauches d’Opale sont fortement contractés. Lorsqu’elle amène son attention et son souffle sur ce membre, la tétanie s’amplifie et, dans sa conscience, émerge le mot « émotion ».Après un temps en silence, la signification de ce mot lui apparaît clairement : « c’est la joie qui n’a pas sa place »dans son enfance où règne une ambiance lourde.

Opale visualise alors une image qui remonte à son enfance : il s’agit d’une carafe miniature en plastique beige, posée sur du sable. Elle note que la couleur de cette carafe est loin d’être gaie. Une autre vision émerge alors dans son esprit, celle d’une dinette avec laquelle elle aimerait jouer, une dinette aux couleurs très vives. 

Interrogée au sujet de son bras gauche qui reste contracté, elle explique : « s’il se détendait et pouvait se déplier, mon bras gauche serait celui qui tiendrait la poupée. Et il s’ouvrirait pour danser– elle visualise un geste ample et gracieux. Ce que la petite Opale n’a pas le droit de faire »

La douleur de la tétanie restant inconfortable, la petite Opale indique qu’elle aurait besoin d’une maman qui lui câline le bras pour la soulager. Et qui lui dise qu’elle a « le droit d’aller jouer avec d’autres enfants, de faire la folle, de cesser d’être raisonnable ». Elle visualise alors (spontanément) face à elle « la grande Opale » qui lui dit qu’elle peut jouer, s’amuser gaiement avec les enfants. Aussitôt, en l’espace d’un instant, la tétanie disparaît complètement.

La petite Opale se voit jouant avec d’autres enfants dans une ambiance de gaité. Des parties de cache-cache pleines de rires, toutes sortes de jeux en groupe dans la bonne humeur. Il y a des couleurs vives tout autour d’elle et elle porte une robe colorée, plissée à la taille, comme sur les illustrations des contes. Elle peut alors prendre la poupée enfermée dans la cage et jouer avec elle.

Toujours allongée sur le matelas les yeux fermés, Opale est visiblement émerveillée, tout à fait heureuse ; elle sourit aux anges !

Alors qu’elle rentre dans la phase d’intégration du Rebirth, elle continue à s’imprégner de cette atmosphère de pure joie enfantine qui lui avait tant manqué.

Quelques éclairages en complément :

> La personne qui vit ce Rebirth a les yeux fermés et son inconscient lui envoie des images qui émergent dans sa conscience (comme dans un rêve).

> Activé par la respiration, le processus énergétique mène tout naturellement à la guérison. Il se déroule simultanément au niveau de son corps physique (tétanie du bras), de son monde émotionnel (pleurs de tristesse) et de sa conscience (image de la poupée sans bras, compréhension que la petite fille n’a pas le droit de jouer…).

> Ce récit montre bien la connexion entre le psychisme et le corps : la tétanie disparaît aussitôt que le blocage psychique (l’interdiction de jouer) se dissout.

> Il faut souligner que chaque séance de Rebirth, y compris pour une même personne, se déroule de façon très différente. Il arrive que seules se manifestent des sensations physiques, ou à l’inverse qu’il y ait surtout des émotions ou bien des images. Tout est possible !

* Récit publié avec l’autorisation de la personne concernée dont le prénom a été modifiée pour préserver la confidentialité.

Rebirth

Revivre sa naissance

Aussi surprenant que cela puisse paraître, revivre sa naissance est possible. C’est une expérience étonnante ! Un tel voyage dans notre mémoire inconsciente s’avère très bénéfique sur le plan psychologique. Même lorsque nous avons eu une naissance « normale ».

Le Rebirth porte bien son nom : cette technique psychothérapeutique permet en effet de revivre sa naissance1. C’est ce qui est arrivé au fondateur du Rebirth, Léonard Orr, lorsqu’il a expérimenté un mode de respiration particulier dans sa baignoire !

Cela se passait dans les années 70 aux Etats-Unis. Et depuis plus de 50 ans, d’innombrables personnes ont revécu leur naissance grâce à ce mode de respiration (pratiquée dans l’eau mais aussi et surtout à sec).

C’est ce que constatent les thérapeutes utilisant cette technique, au premier rang desquels le célèbre psychiatre Stanislav Grof, fondateur de la Respiration Holotropique (technique proche du Rebirth) : « Au nombre des expériences les plus fréquentes survenant au cours d’états de conscience holotropiques2 d’origines diverses3 [notamment le Rebirth] figurent des épisodes de régression psychologique jusqu’à la naissance, pendant lesquels

l’individu revit, avec une intensité extraordinaire, toutes les émotions, les sensations physiques, les postures du corps et autres aspects de ce processus. »

 

La naissance : le traumatisme le plus grave de notre existence

Vous vous demandez peut-être comment il est possible qu’un simple exercice de respiration permette de revivre sa naissance. Pour comprendre comment agit le Rebirth, je vous invite à lire l’article « Le souffle qui libère » publié sur ce blog. J’y rappelle que l’énergie apportée par le souffle au cours d’une séance de Rebirth fait remonter des contenus inconscients de la psyché et dissout les blocages psycho-énergétiques qui résultent des traumas.

Or, la naissance constitue un traumatisme considérable qui a des incidences psychiques importantes sur toute notre vie. Léonard Orr souligne : « Même si nous eûmes des parents et un environnement merveilleux, la naissance et l’enfance paraissent être des périodes traumatisantes pour les êtres humains ».

Stanislav Grof précise :

« La naissance biologique est le traumatisme le plus grave de notre existence et un événement d’une importance primordiale sur le plan psychospirituel. »

 

Stress émotionnel et douleurs physiques

Sans rentrer dans tous les détails du processus de naissance, il suffit d’évoquer la phase où le fœtus, encore dans l’utérus, est comprimé par les contractions. La sensation de compression, d’écrasement, est douloureuse. Enfermé, ne pouvant échapper à ces douleurs, le fœtus ne sait évidemment pas combien de temps cette situation va durer et il peut avoir l’impression qu’elle ne finira jamais. C’est une phase de la naissance auxquels sont reliés des sentiments de solitude, d’impuissance, de désespoir et d’absurdité de la vie (pas d’issue).

La phase suivante de la naissance n’est pas davantage une partie de plaisir… Le fœtus engagé dans le canal de naissance est toujours soumis à la pression écrasante des contractions, et en plus de cette souffrance physique, le manque d’oxygène lui donne l’impression de s’étouffer.

Bref, la naissance, même si elle se passe « bien », représente une véritable épreuve pour le futur bébé.

« La quantité de stress émotionnel et de douleurs physiques liée à la naissance surpasse, à l’évidence, tous les traumatismes postnatals de la petite enfance et de l’enfance (…), sauf peut-être les mauvais traitements physiques », constate Stanislav Grof.

 

Des souvenirs gravés dans notre inconscient

Même si nous pensons n’avoir pas le moindre souvenir de notre naissance, tous ses détails sont mémorisés au plan inconscient. « (Le traumatisme de la naissance) est inscrit dans notre mémoire dans les moindres détails, jusqu’au niveau cellulaire, et son impact sur notre développement psychologique est considérable », explique encore le psychiatre.

Le Rebirth permet d’accéder à cette mémoire, comme nous l’avons évoqué plus haut. Lorsque nous revivons notre naissance, ces souvenirs gravés en nous remontent à notre conscience et nous découvrons alors à quel point nous sommes marqués par la manière dont se sont déroulées non seulement notre naissance, mais aussi notre vie intra-utérine et notre conception.

Nos croyances, nos comportements automatiques puisent leurs racines dans ces époques-clés de notre existence.

Cela est vrai en cas de naissance « normale » comme en cas de circonstances particulières : enfant né prématuré, césarienne, accouchement déclenché, cordon autour du cou, jumeaux, sexe de l’enfant non désiré, grossesse non désirée, avortement ou fausse couche avant la grossesse, etc.

Par exemple, une personne dont la naissance n’a pas été désirée par ses parents peut avoir tendance à se sentir rejetée, à ne pas trouver sa place. Alors qu’une personne née par césarienne pourra se sentir impuissante, dépendante de l’aide des autres. Ces deux exemples illustrent la multitude des incidences de notre naissance sur notre vie ultérieure, et leur puissant impact.

 

Se libérer du traumatisme

Stanislas Grof a aussi établi des connections entre le déroulement de la naissance et certains troubles émotionnels, psychosomatiques, et psychopathologiques ; il évoque notamment les phobies, angoisses et dépressions.

Certes la naissance n’est pas seule en cause : le vécu post natal va, lui aussi, être déterminant4.

Cette précision apportée, on comprend tout de même l’importance cruciale que jouent les circonstances de notre naissance sur notre « paysage » psychologique. Libérer, grâce au Rebirth, les traumatismes liés à cet épisode-clé de notre vie apporte un changement radical dans notre psyché qui se traduit par davantage de mieux-être.

 

 

  1. Le mot anglais « re-birth » signifie « re-naissance ».
  2. Le terme « holotropique » signifie littéralement « orienté vers la totalité ». Pour en savoir plus, lire l’article « Le souffle qui libère ».
  3. Ces états de conscience modifiée peuvent être provoqués par la respiration (Respiration Holotropique ou Rebirth), par des pratiques chamaniques, par la consommation de substances psychotropes, etc.
  4. « La manifestation – et la forme – de ces troubles émotionnels et psychosomatiques dépend de l’influence amplificatrice des événements traumatisants de l’histoire post-natale, ou, inversement de l’effet atténuateur de divers facteurs biographiques favorables. » Stanislav Grof
Rebirth

Le souffle qui libère

Comment est-il possible de se sentir mieux simplement en respirant ? Pourquoi les séances de Rebirth (respiration en conscience) apportent-elles un mieux-être psychologique évident ? Voici quelques explications pour comprendre le mécanisme de la transformation suscitée par le Rebirth.

En complément des articles La puissance du Rebirth et Trois questions sur le Rebirth publiés sur ce blog et que je vous conseille de lire auparavant, je vous propose ici d’aller plus loin dans la découverte de la respiration en conscience et de son « fonctionnement ».

Nous allons donner la parole aux fondateurs des deux principales techniques thérapeutiques (occidentales) basées sur la respiration en conscience : à savoir Léonard Orr pour le Rebirth, et Stanislav Grof pour la Respiration holotropique (qu’il définit lui-même une « combinaison de respiration consciente, de musiques évocatrices et de travail corporel focalisé »).

 

Etat de conscience différent

Le terme « holotropique » qui signifie littéralement « orienté vers la totalité » mérite qu’on s’y arrête un instant car il est très significatif de ce qu’apporte le travail thérapeutique avec la respiration : « Le mot lui-même suggère que dans notre état de conscience quotidien, nous nous identifions seulement à une petite fraction de ce que nous sommes en réalité. Dans les états holotropiques, nous pouvons transcender les limites étroites de notre corps-égo, et récupérer notre pleine identité », explique Stanislav Grof.

La respiration, en fait, est utilisée depuis des temps immémoriaux dans de nombreuses traditions, à des fins spirituelles et thérapeutiques. Aujourd’hui en Occident, certaines de ces pratiques nous sont accessibles, comme les exercices respiratoires du yoga, appelé pranayama, qui induisent – vous en avez peut-être fait l’expérience, un état de conscience non ordinaire où règne une paix profonde, une sensation d’espace et de légèreté…

 

Dissoudre les blocages psycho-énergétiques

Dans le domaine de la psychothérapie, la respiration est un allié puissant pour dissoudre les causes de notre mal-être. Mais comment cela fonctionne-t-il ? Quel rapport peut-il bien y avoir entre la respiration et la disparition d’un inconfort psychologique ?!

Tout se passe au niveau énergétique. Notre vécu est mémorisé dans nos corps énergétiques sous forme de blocages psycho-énergétiques qui empêchent une circulation fluide de l’énergie. Ce sont ces blocages qui causent notre mal-être. Or la respiration en conscience dissout ces blocages.

 

Excellente méthode anti-stress

Tout mon travail d’accompagnement vise précisément à restaurer cette fluidité de la circulation énergétique. Lorsque l’énergie circule librement, le bien-être est immédiat : nous ressentons alors une sensation de paix, sécurité, amour, joie…

Nous ressentons aussi une profonde détente. Le stress s’est envolé comme par enchantement ! Les personnes que j’accompagne me disent souvent à l’issue d’un Rebirth qu’elles ont l’impression d’avoir laissé sur le matelas leurs tensions et le fardeau qu’elle portait en débutant la séance.

« Le résultat habituel d’une séance de respiration holotropique consiste en une libération émotionnelle et une relaxation physique profonde.

« Après une séance réussie et bien intégrée, de nombreuses personnes témoignent qu’elles se sentent plus détendues qu’elles ne l’ont jamais été au cours de leur existence. », note Stanislav Grof .

Excellente méthode anti stress !*

 

La guérison de l’inconscient

Comment cela se passe-t-il ?

Leonard Orr et Stanislav Grof soulignent que les blocages psychologiques vont de paire avec une respiration restreinte.

« Chaque expérience négative que nous vivons dans notre corps peut restreindre notre capacité respiratoire », explique Leonard Orr.

En amplifiant la respiration, on libère les blocages, comme l’a démontré Stanislav Grof : « Maintes fois, nous avons pu confirmer les observations de Wilhelm Reich, pour qui les résistances et les défenses psychologiques étaient associées à une restriction respiratoire. La respiration est une fonction autonome, mais elle peut aussi être influencée par la volonté. Une augmentation délibérée de la fréquence respiratoire conduit habituellement à un relâchement des défenses psychologiques, mène à la libération, et favorise l’émergence de matériaux inconscients (et supraconscients). »

Nous arrivons au point clé pour comprendre le mécanisme de la « guérison » psychologique. Comme nous l’avons vu plus haut, nos traumatismes (petits et grands !) sont mémorisés dans notre inconscient sous forme de blocages psycho-émotionnels. Ils se traduisent par des manifestations émotionnelles, des comportements automatiques, des croyances, etc. Sous l’effet de la respiration, l’énergie/conscience retenue dans ces blocages se manifeste sous diverses formes.

Stanislav Grof parle d’un « courant d’expériences ». Des épisodes de vie, parfois traumatiques, peuvent émerger, l’expérience vécue lors de la vie intra-utérine, de la naissance ou de la période post-natale peuvent faire surface, ou bien encore des expériences transpersonnelles c’est-à-dire qui dépasse la dimension personnelle (connexion avec le Tout, voyage cosmique, etc.).

 

Tous les aspects de la psyché sont concernés

De manière concise, Stanislav Grof explique : “L’objectif principal de la thérapie holotropique [Rebirth et Respiration Holotropique] est d’encourager l’activité de l’inconscient, (…) et apporter à la conscience les mémoires de traumatismes réprimés et oubliés. Dans ce processus, l’énergie concentrée en symptômes émotionnels et psychosomatiques est libérée, déchargée, et les symptômes se convertissent en un courant d’expériences. Le contenu de ces expériences peut provenir de n’importe quel niveau de la psyché – biographique, périnatal, ou transpersonnel. »

Ainsi advient une transformation psycho-énergétique profonde et libératrice…

 

 

N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires ou à poser vos questions en bas de cette page.

 

Les citations figurant dans cet article sont extraites des livres suivants :

  • Leonard Orr et Konrad Halbig, Rebirth, l’art de la respiration consciente.
  • Stanislav Grof, Pour une psychologie du futur
  • Stanislav Grof, Les nouvelles dimensions de la conscience
  • Stanislav Grof, Quand l’impossible arrive

 

* Lire également à ce propos l’article A la source de la détente