Rebirth

Récit : la joie retrouvée

A quoi ressemble une séance de Rebirth ? Il est délicat de répondre à cette question, tant les expériences peuvent être variées ! Toutefois, à titre d’illustration, pour en quelque sorte lever le voile sur cette merveilleuse pratique thérapeutique, nous publions ici le récit* d’une séance qui révèle toute la magie et le pouvoir guérisseur du Rebirth.

Opale démarre la respiration spécifique du Rebirth et rapidement, elle sent une densité, une lourdeur au niveau de la mâchoire et du cou. Cette sensation descend vers le haut de la cage thoracique où elle devient une pression désagréable.

A cet endroit-là, Opale visualise une cage tout en hauteur, constituée de gros barreaux noirs, « comme une cage qui aurait séjourné très longtemps dans une cave ».

Elle décrit ce qu’elle voit : « dans cette cage il y a une poupée qui est allongée. Elle aurait la place de se lever, mais elle ne peut pas bouger car elle est trop faible. Elle n’a pas de bras. La cage est éclairée et la poupée porte des vêtements clairs. »

Pourquoi la poupée est-elle ainsi enfermée dans cette cage ? Car « elle ne sert à rien », explique Opale qui s’exprime désormais avec une voix enfantine. 

 « La poupée est enfermée car je n’ai pas le droit de jouer »,explique la petite Opale. Et après un silence, elle poursuit, toujours avec sa voix de petite fille : 

« il n’y a pas d’histoires imaginaires, pleines de merveilleux et de couleurs, comme Alice aux pays des merveilles. Pas d’histoires qui transportent dans d’autres mondes plus gais ». Elle pleure.

Pendant toute cette phase du Rebirth, le bras et la main gauches d’Opale sont fortement contractés. Lorsqu’elle amène son attention et son souffle sur ce membre, la tétanie s’amplifie et, dans sa conscience, émerge le mot « émotion ».Après un temps en silence, la signification de ce mot lui apparaît clairement : « c’est la joie qui n’a pas sa place »dans son enfance où règne une ambiance lourde.

Opale visualise alors une image qui remonte à son enfance : il s’agit d’une carafe miniature en plastique beige, posée sur du sable. Elle note que la couleur de cette carafe est loin d’être gaie. Une autre vision émerge alors dans son esprit, celle d’une dinette avec laquelle elle aimerait jouer, une dinette aux couleurs très vives. 

Interrogée au sujet de son bras gauche qui reste contracté, elle explique : « s’il se détendait et pouvait se déplier, mon bras gauche serait celui qui tiendrait la poupée. Et il s’ouvrirait pour danser– elle visualise un geste ample et gracieux. Ce que la petite Opale n’a pas le droit de faire »

La douleur de la tétanie restant inconfortable, la petite Opale indique qu’elle aurait besoin d’une maman qui lui câline le bras pour la soulager. Et qui lui dise qu’elle a « le droit d’aller jouer avec d’autres enfants, de faire la folle, de cesser d’être raisonnable ». Elle visualise alors (spontanément) face à elle « la grande Opale » qui lui dit qu’elle peut jouer, s’amuser gaiement avec les enfants. Aussitôt, en l’espace d’un instant, la tétanie disparaît complètement.

La petite Opale se voit jouant avec d’autres enfants dans une ambiance de gaité. Des parties de cache-cache pleines de rires, toutes sortes de jeux en groupe dans la bonne humeur. Il y a des couleurs vives tout autour d’elle et elle porte une robe colorée, plissée à la taille, comme sur les illustrations des contes. Elle peut alors prendre la poupée enfermée dans la cage et jouer avec elle.

Toujours allongée sur le matelas les yeux fermés, Opale est visiblement émerveillée, tout à fait heureuse ; elle sourit aux anges !

Alors qu’elle rentre dans la phase d’intégration du Rebirth, elle continue à s’imprégner de cette atmosphère de pure joie enfantine qui lui avait tant manqué.

Quelques éclairages en complément :

> La personne qui vit ce Rebirth a les yeux fermés et son inconscient lui envoie des images qui émergent dans sa conscience (comme dans un rêve).

> Activé par la respiration, le processus énergétique mène tout naturellement à la guérison. Il se déroule simultanément au niveau de son corps physique (tétanie du bras), de son monde émotionnel (pleurs de tristesse) et de sa conscience (image de la poupée sans bras, compréhension que la petite fille n’a pas le droit de jouer…).

> Ce récit montre bien la connexion entre le psychisme et le corps : la tétanie disparaît aussitôt que le blocage psychique (l’interdiction de jouer) se dissout.

> Il faut souligner que chaque séance de Rebirth, y compris pour une même personne, se déroule de façon très différente. Il arrive que seules se manifestent des sensations physiques, ou à l’inverse qu’il y ait surtout des émotions ou bien des images. Tout est possible !

* Récit publié avec l’autorisation de la personne concernée dont le prénom a été modifiée pour préserver la confidentialité.

Article précédent Article suivant

Lisez aussi

Aucun commentaire

Réagissez